Get Adobe Flash player

Accident mortel en montagne

Le sergent HEBRARD du 7°BCA et le MDL FOURNIER du 93°RAM ont été victime d'une avalanche dans le massif du Belledonne le 2 janvier 2020.

Le SGT HEBRARD est décédé le jour même, le MDL FOURNIER gravement blessé s'en est allé le 13 janvier à l'hôpital de Grenoble.

Le bureau présente ses plus sincères condoléances aux familles.

SGT HEBRARD 3

MDL FOURNIER

 

Mort en opération de treize militaires

Mort en opération de treize militaires lors de la collision de deux hélicoptères au Mali

Les commandos ont péri lundi soir au cours d’une opération de combat, suite à l’accident en vol de deux hélicoptères de l'armée de Terre engagés dans l’opération Barkhane.

« J’ai appris avec une profonde tristesse que 13 militaires de l'opération Barkhane ont péri hier soir, lundi 25 novembre 2019, lors de l'accident en vol de deux hélicoptères de l'armée de Terre au Mali, au cours d’une opération de combat » a déclaré Florence Parly, ministre des Armées, dans un communiqué de presse publié mardi matin. Une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame.

« Cette terrible nouvelle endeuille nos armées, la communauté de défense et la France toute entière. Je tiens à assurer aux familles endeuillées que l'institution militaire est à leurs côtés dans cette épreuve » a ajouté la ministre.

Le ministère des Armées s’associe à elle pour présenter toutes ses condoléances à leurs familles, leurs proches et leurs frères d'armes.

Voici la liste des treize militaires morts pour la France :

  • Le capitaine Nicolas MÉGARD, du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le capitaine Benjamin GIREUD du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le capitaine Clément FRISONROCHE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le lieutenant Alex MORISSE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le lieutenant Pierre BOCKEL du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • L’adjudant-chef Julien CARETTE du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le brigadier-chef Romain SALLES DE SAINT PAUL du 5e Régiment d’hélicoptères de combat de Pau.
  • Le capitaine Romain CHOMEL DE JARNIEU du 4e Régiment de chasseurs de Gap.
  • Le maréchal des logis-chef Alexandre PROTIN du 4e Régiment de chasseurs de Gap.
  • Le maréchal des logis Antoine SERRE du 4e Régiment de chasseurs de Gap.
  • Le maréchal des logis Valentin DUVAL du 4e Régiment de chasseurs de Gap.
  • Le maréchal des logis-chef Jérémy LEUSIE du 93e Régiment d’artillerie de montagne de Varces.
  • Le sergent-chef Andreï JOUK du 2e Régiment étranger de génie de Saint-Christol.

La Nation s’incline devant leur courage et leur engagement.

 

Faits :

Le lundi 25 novembre, peu avant 20 heures, heure de Paris, treize militaires français engagés au sein de l’opération Barkhane sont morts pour la France, lors d’un accident entre deux hélicoptères, un Tigre et un Cougar, dans le Liptako malien.

Selon toute vraisemblance, un abordage entre ces deux aéronefs évoluant à très basse altitude serait à l’origine de l’accident. Ils participaient à une opération d’appui aux commandos de la force Barkhane qui étaient au contact de groupes armés terroristes.

Engagés au sol depuis quelques jours, les commandos traquaient un groupe de terroristes, décelés quelques heures plus tôt, qui évoluaient en pick-up et à motos. Très rapidement, ils ont été renforcés par des hélicoptères et une patrouille de Mirage 2000.

Un hélicoptère Cougar, avec à son bord six commandos de montagne et un chef de mission, a alors été engagé pour coordonner l’ensemble des moyens, tout en étant en mesure d’intervenir pour assurer « l’extraction immédiate » d’un élément au sol.

Vers 19h40, pendant la manœuvre destinée à préparer l’engagement de l’ennemi, l’hélicoptère Cougar et un Tigre sont entrés en collision, s’écrasant à courte distance l’un de l’autre. Aucun des militaires embarqués n’a survécu.

Une opération de secours et de sécurisation de la zone d’accident est en cours. De nombreux moyens de la force Barkhane sont encore engagés.

Les treize militaires morts au combat sont les deux membres d’équipage du Tigre du 5e Régiment d’hélicoptères de combat (5e RHC), les cinq membres d’équipage du Cougar (5e RHC également), quatre opérateurs du Groupement commandos montagne (GCM) du 4e Régiment de chasseurs (4e RCH), un opérateur GCM du 93e Régiment d’artillerie de montagne (93e RAM) et un opérateur GCM du 2e Régiment étranger du génie (2e REG).

Le chef d’état-major des armées, le général d’armée François Lecointre, s’incline avec une profonde tristesse devant la mémoire de ces treize militaires, morts pour la France. Toutes ses pensées vont vers leurs familles et leurs frères d’armes.

Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace notamment dans le cadre de la force conjointe du G5 Sahel en cours d’opérationnalisation.

Sources : ministère des Armées et Intradef.

Six soldats de montagne ont péri dans cette accident.

L'Entraide montagne sera présent pour nos morts.

Nous présentons toutes nos condoléances aux familles.

Recrutement des militaires blessés

Les entreprises civiles accompagnées dans le recrutement des militaires blessés

Différents acteurs agissant pour la reconversion des militaires blessés se sont réunis dans les locaux du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), le 27 mars 2019, afin de sensibiliser les entreprises civiles à leur recrutement.

 

Le mercredi 27 mars 2019, Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées, le général François Lecointre, chef d’état-major des armées, Geoffroy Roux  de Bezieux, président du Medef, Défense Mobilité, l’agence de reconversion de la défense, le Service de santé des armées (SSA), les cellules d’aides aux blessés des armées ainsi que des entreprises déjà recruteuses, se sont réunies afin d’inciter de nouvelles entreprises civiles à recruter des militaires blessés en service.

Depuis plus de 30 ans, l’article L.5212-13 du Code du travail oblige les entreprises de plus de 20 salariés à employer des travailleurs handicapés dans une proportion de 6% de son effectif total. Les militaires blessés entrent dans cette catégorie. En les embauchant, les entreprises  participent à leur réinsertion socio-professionnelle et se joignent à l’effort de défense nationale. « C’est une responsabilité collective et citoyenne de donner à ces militaires blessés une reconversion professionnelle », a déclaré Sophie Cluzel.

À l’occasion de cette rencontre, un nouveau guide destiné aux entreprises a été présenté : « Recruter dans vos équipes un militaire blessé : un engagement pour l’entreprise ». Il a été élaboré par le groupe de travail « Accompagnement des militaires blessés du comité de liaison Défense-Medef », constitué des cellules d’aide aux blessés des armées, du SSA, de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, d’associations et d’entreprises. Ce guide présente l’ensemble des dispositifs permettant de mieux recruter un militaire blessé : stages, formations, pré-embauches, etc.

Témoignages de recruteurs

Jean-Jacques Chovet, Arquus : « A l’issue des stages OMEGA, j’ai réalisé plusieurs recrutements. Les blessés militaires sont d’excellents salariés. Je trouve en eux de multiples qualités : sens du collectif, de la mission, du compte-rendu, vérification qu’ils ont compris ce qu’on leur demande. Ils se sont très bien adaptés à leur nouvel environnement de travail.»

Catherine Feriolo-Gavenc, Banque populaire : « Nous avons recruté un militaire blessé qui est aujourd’hui conseiller-clientèle dans l’une de nos banques. Il n’avait aucun bagage d’étude bancaire lorsqu’il est venu en stage. Aujourd’hui, c’est un salarié très compétent et qui a toujours le sourire ! La réinsertion professionnelle va aussi avec la réinsertion sociale. Il y a également l’aspect familial à prendre en considération lorsque l’on commence à réfléchir à un recrutement. Par exemple, nous avons aidé notre salarié dans la recherche de son logement.»

Frédéric Conte, Vitale Assistance : « Il y a 3 ans j’ai embauché Alexandre en tant que chef de chantier ; aujourd’hui il est chargé d’affaires au sein de mon entreprise. La blessure d’Alexandre [syndrome de stress post-traumatique] n’a jamais influencé le travail qu’il a fourni. J’aime embaucher des militaires, je sais que leurs valeurs sont une vraie mine d’or dans un contexte professionnel. »

 

Dispositifs mis en place par les organismes institutionnels du ministère des Armées

  • Des stages immersifs

Les cellules d’aides aux blessés des armées ont créé le processus simple et souple de réinsertion professionnelle appelé « OMEGA ». Il  permet de proposer des stages immersifs aux blessés afin qu’ils se réapproprient un rythme de travail, qu’ils découvrent un domaine d’activité et puissent confirmer leur projet professionnel. Un accompagnement individuel du blessé est assuré tout au long du processus. L’entreprise est épaulée par une équipe d’experts en réinsertion professionnelle à l’écoute de ses problématiques. La durée de ce stage varie en fonction des souhaits des deux parties et ne constitue pas une promesse d’embauche, ni une obligation de formation du stagiaire.

  • Des aides au recrutement

Défense Mobilité, l’agence de reconversion de la défense, s’occupe de mettre en relation les entreprises désirant recruter un militaire et des candidats identifiés. Afin de répondre plus spécifiquement aux besoins particuliers des militaires blessés, l’agence a mis en place des dispositifs – période de formation gratuite et période d’adaptation en entreprise - facilitant le retour à l’emploi de ce type de public. Dans chacun d’entre eux, le militaire est détaché dans l’entreprise et sa rémunération est prise en charge par le ministère.

 

Sources DICOD.

Lien:

http://portail.intradef.gouv.fr/content/les-entreprises-civiles-accompagnees-dans-le-recrutement-des-militaires-blesses

 

Réunion des BEH et représentants de catégorie

Le 28 mai 2019 a eu lieu la réunion annuelle des responsables des Bureaux Environnement Humain (BEH) et représentants de catégorie de la brigade d'infanterie de montagne et de la mouvance montagne.

Six mois après l'assemblée générale de l'Entraide montagne, cette réunion permet de faire le point de ce premier semestre.

Après l'introduction du président, le secrétaire général a développé le bilan.

L'Entraide soutient 39 veuves , 6 mamans, 48 filleuls, 14 handicapés debout, 4 handicapés en fauteuil, et bien sûr tous les blessés selon leurs besoins. Il y a eu 4 décès depuis de l'année. Les aides dans la durée sont de 54 469 €.

Bilan comptable : Il y a actuellement 6 523 contributeurs, une légère baisse est observée. Les dons reçus sont de 13 248 €.

Rappel: l'association est reconnue d'intérêt général et peut donc défiscaliser les dons mais pas les contributions.

Le week-end des blessés est organisé cette année par le 7°RMAT à Lyon. Beau programme culturel et sportif prévu par ce régiment.

Le bureau personnel de l'état-major de la Zone de Défense et Sécurité Sud-est a présenté le parcours du blessé. Depuis cette année la CABAT est décentralisé dans les zones de défense et constitue un relais de la CABAT Paris.

La responsable famille du bureau de l'Entraide a évoqué le prochain week-end en 2020 des familles endeuillées qui aura lieu a Strasbourg, Baden-Baden et Europa Parc.

Les tables rondes de discussions ont abordés : les activités à l'occasion des 20 ans de l'Entraide, faut-il un parrain ou/et marraine à l'association et enfin la fréquence des rendez-vous avec nos blessés et veuves. Plus de détail dans le compte rendu à venir de la réunion.

Au cours du tour de table, le chef du BEH du 4°RCH a remis au président un chèque de 500 € de la part du BCH Yannick R. qui a organisé le "Vétéran war crossfit".

Le général COMBIM est venu conclure cette réunion en mettant en avant le besoin d'ouverture du champ d'action de l'Entraide.

INTRO BEH bisASSEMBLEE 3 bisASSEMBLEE 2 bisTABLE RONDE 1 bisTABLE RONDE 2 bisDON TEAM VETERAN WAR bisINTERVENTION COMBIM bis

Journée des Entraides de l’ARMEE DE TERRE

Jeudi 22 mars 2018, s’est tenu un séminaire dédié aux entraides de l’armée de terre aux Invalides.

Un évènement désormais annuel qui permet à la Cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre (CABAT), au monde associatif et aux entraides** de maintenir des liens et une synergie indispensable pour préserver une efficacité remarquable au profit des blessés et des familles endeuillées.

 

Le Chef d’état-major de l’armée de terre (CEMAT), le général d’armée Jean-Pierre Bosser, a souhaité reconduire ce rendez-vous important et qui lui tient particulièrement à cœur. Cette année s’inscrit dans la continuité de la nouvelle politique de l’armée de terre présentée l’année dernière, dans le domaine du soutien aux blessés.

 

Le sujet des blessés est un thème majeur pour le CEMAT qui souligne :

je crois malheureusement que nous aurons encore de nombreux blessés physiques à l’avenir, et que les blessés invisibles sont encore largement

devant nous.

J’ajoute qu’aux deux catégories de blessures que nous connaissons bien aujourd’hui, blessures physiques et syndrome de stress post-traumatique, on peut ajouter la «blessure morale », un syndrome de conflit intérieur qui se traduit par des sentiments de honte, de culpabilité, de perte de sens ou de foi.

Il est en effet indispensable dans ce contexte de préparer l’avenir et de construire une réflexion sur la structure financière et politique de soutien aux blessés.

S’agissant d’un sujet de commandement, le CEMAT ajoute qu’il est « normal que l’armée de terre se dote d’un outil lui permettant d’avoir la libre disposition des fonds qu’elle collecte ».

 * Terre Fraternité, Association pour le développement des œuvres d’entraide dans l’armée (ADO) et solidarité Défense.

 ** fonds d’entraide de la Légion étrangère, entraide troupes de montagne, entraide montagne, entraide parachutiste et entraide de l’Aviation légère de l’armée de terre (ALAT).

Sources : DICOD, Communiqué de presse « Actu Défense ». Synthèse du point presse du ministère des Armées. du 22 mars 2018.